LA GAMBIE

gambie_carte

Devise nationale  Progrès, paix, prospérité
Hymne national For The Gambia Our Homeland
Forme de l’État République islamique
Président de la République Yahya Jammeh
Langue officielle Anglais
Capitale Banjul
Indépendance du Royaume-Uni
date 18 février 1965
Population totale(2015) 1 967 709 hab.
Monnaie Dalasi (GMD)

La République de Gambie, The Gambia, est un pays d’Afrique de l’Ouest, enclave du Sénégal au nord, au sud et à l’est. La Gambie est bordée à l’ouest par l’océan Atlantique. Le pays ongiligne suit le cours et à la vallée du fleuve Gambie, qui part du Fouta Jalon et se jette dans l’océan Atlantique. La superficie  de la Gambie est de10 689 kilomètres carrés pour une population de 1 882 450 habitants (2013). Banjul est la capitale et les plus grandes villes sont Serekunta et Brikama.

RESUME

Comme nombre de pays pays d’Afrique de l’Ouest, la Gambie a connu la pratique de la traite des esclaves qui est à l’origine de la mise en place et de la tenue d’une colonie sur le fleuve Gambie par les Portugais d’abord, puis par les Britanniques. C’est en 1965 que la Gambie devient indépendante du Royaume-Uni. Son premier président est Sir Dawda Jawara, de 1970 à 1994. Il est alors renversé par Yahya Jammeh, lors d’un coup d’État de l’armée. Celui-ci dirige encore le pays.

Le président Yahya Jammeh est au pouvoir depuis le coup d’État du23 juillet 1994. Il est réélu quatre fois  au suffrage universel sans discontinuer : le 27 septembre 1996, le 18 octobre 2001, le 22 septembre 2006 et le 24 novembre 2011. Il brigue un cinquième mandat avec son parti, l’Alliance patriotique pour la réorientation et la construction, majoritaire au parlement.

En 2013, la Gambie avait annoncé son retrait du Commonwealth, en dénonçant une « institution néo-coloniale ». « Le gouvernement a décidé que la Gambie ne sera jamais membre d’une institution néo-coloniale et ne fera jamais partie d’une institution représentant une extension du colonialisme », avait déclaré le gouvernement de Banjul, selon Wikipédia.org.

Le 12 décembre 2015, le président Yahya Jammeh déclare que son pays est désormais un « État islamique », où la population chrétienne est estimée à 8 %, le port du voile étant exigée de tout le personnel féminin de l’administration, depuis  le 31 décembre 2015.

HISTOIRE

Vers le xie ou le xiie siècle, les dirigeants des royaumes tels que Tekrur (une monarchie centrée sur le fleuve Sénégal, juste au nord), ancienne Ghana et Gao, ont été convertis à l’islam. Au début du xive siècle, la Gambie faisait partie de l’empire du Mali (à son apogée au XIVè siècle). Les Portugais ont atteint ce domaine par la mer dans le milieu du xve siècle, et ils ont commencé le commerce extérieur en 1455. Le Portugal vendit ses droits sur ces territoires au Royaume-Uni en 1588.  Avec  une partie de la Gambie, comme colonie de la République des deux nations, polonaise et lituanienne, entre 1651 à 1661. Lors, donc  à cheval entre la Pologne et la Hollande. À l’issue des disputes, les Britanniques reprennent le dessus. Le Fort James servira de base commerciale et d’escale de traite pendant l’esclavage et du commerce triangulaire en Atlantique, comme d’autres escales de la côte (Gorée, Iles de Loos, etc.)

Français et Anglais se disputèrent longuement le territoire. Le traité de Versailles de 1783 attribua la Gambie au Royaume-Uni, à l’exception de l’enclave d’Albreda (actuel North Bank), À partir du xviiie siècle, les Britanniques occupent ce petit territoire enclavé dans le Sénégal et y aboliront la traite négrière en 1807, puis l’esclavage en 1833. Le poste militaire de Bathurst est créé en 1816. Il deviendra Banjul, l’actuelle capitale de la Gambie.

Le petit poste d’Albreda pris aux Portugais pa r les Français sur la rive Nord de la Gambie sera finalement cédé au Royaume-Uni en 1856. A la suite d’un accord franco-britannique sur ses frontières en 1889, la Gambie devint officiellement un protectorat britannique en 1894.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Gambie constituait une escale pour les vols de l’armée de l’air américaine et un port d’escale pour les convois des forces alliées. Fait anecdotique, le président américain Franklin Roosevelt fit escale, en 1943, à Banjul, capitale de la Gambie, avant de se rendre à la conférence de Casablanca, ce qui constitua les premiers pas d’un président américain en exercice sur le continent africain.

La Gambie acquiert son indépendance en 1965 et Dawda Jawara en devient le premier président. La Gambie est unie au Sénégal de 1982 à 1989 dans une confédération de Sénégambie.

POLITIQUE

Membre à part entière du Commonwealth britannique  depuis 1965, la Gambie, la Gambie devenait une République au sein du Commonwealth le 24 avril 1970. Et le 2 octobre 2013, elle se retirait, le pays refusant les injonctions du Royaume-Uni au sujet des droits de l’homme alors que le régime du président Yahya Jammeh se faisait plus autoritaire (…)

La Gambie fut dirigée par Sir Dawda Jawara réélu cinq fois de suite, le pays a essuyé  une tentative de coup d’État le 29 juillet 1981, par le Conseil de gauche révolutionnaire nationale, dirigé par le Parti travailliste de Samba Sanyang Kukoi (PDS).  Le président Jawara obtint l’aide militaire du Sénégal contre les forces rebelles. Par la suite, le Sénégal et la Gambie créaient la confédération de Sénégambie aux fins « de combiner les forces armées des deux États, d’unifier leurs économie et leurs monnaies ». Celle-ci éclate en 1989 avec le retrait de la Gambie. Le coup d’Etat de 1994 par les Armed Forces Provisional Ruling Council (AFPRC), installe le lieutenant Yahya A.J.J. Jammeh qui est démocratiquement réélu en 2001, après . »un cycle complet d’élections présidentielles, législatives et locales, que les observateurs étrangers ont jugées libres, justes et transparentes, malgré quelques lacunes ».

« La Gambie est une république multipartite à régime présidentiel, où le Président exerce à la fois les charges de chef de l’État et de chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le parlement, constitué de 53 sièges ».

La Gambie fait partie de la CEDEAO.

POPULATION

La Gambie est peuplée de 1 million 960 000 habitants (recensement de 2015). Le taux de croissance de la population est 2,3 %. En 2015, le taux de fécondité est estimé à 3,73 enfants/femme et le taux de migration de 2,12 ‰. L’espérance de vie des hommes est de 62,27 ans et celle des femmes de 67 ans. Le taux d’urbanisation est de 57 %.

La Gambie abrite la plupart des groupes ethniques d’Afrique de l’Ouest. L’ethnie Mandinka  est dominante suivie par les FulasWolofsDiolas, Soninkés, SérèresManjaques et les Bianunks. Une minorité ethnique originaire de Sierra Leone, les Akus,  est présente, principalement dans la capitale. Les Européens y figurent aussi en bonne place. Il y a environ 3 500 résidents non-africains, dont des Européens et des familles d’origine libanaise (environ 0,23 % de la population totale).

CULTURE

La musique traditionnelle est en fusion avec la musique occidentale populaire, rythmée par les tam-tams « sabar », les tambours et la danse traditionnelle des peuples wolofs et Sérères. A côté, les  griots mandingues ont gardé un cachet plus ethnique,  les hommes (jalikeolu) jouant de la kora, tandis que le chant est essentiellement assuré par les femmes (jalimusoolu) dont l’instrument privilégié est le neo.

L’anglais est la langue officielle de la Gambie, à côté des langues nationales que sont le mandingue, le wolof, le peul, le sérère, le krio et d’autres langues vernaculaires. Le français, langue officielle du Sénégal, est relativement répandue.

L’économie de la Gambie est dominée par l’agriculture, la pêche et le tourisme. C’est une économie de marché libérale caractérisée par une agriculture traditionnelle de subsistance et une dépendance historique à la culture de l’arachide. Son commerce d’importation construit autour de son port, avec de faibles droits d’importation, des procédures administratives minimales, d’où  un important trafic vers le Sénégal.

Portail officiel :  www.

REPERES  ECO

Monnaie :: 100 Dalassis = 1.98 euros  ou 2.51 dollars

Produit interieur brut (PIB – en prix courants) : 0.89 milliards de dollars

PIB/hab (en prix courants) : 435 dollars

Croissance du PIB 2.31 %

Répartition du PIB : Primaire:23% ;Secondaire:15%Tertiaire : 62 %

Envois de fonds des migrants :181 millions de dollars

Variation de la balance commerciale :-13.1 %

Déficit/surplus public (en pourcentage du PIB) :-9.6 %

Dette publique (en pourcentage du PIB)(1)96.89 %

Perception de la corruption :  126ème sur 175 pays.

Taux de pénétration du téléphone mobile : 99 %

REPERES CHRONO


24 novembre 2015 :  Interdiction de l’excision.

30 décembre 2014 : Tentative de coup d’Etat manqué

2 octobre 2013 : La Gambie annonce son retrait du Commonwealth.

24 novembre 2011 : Victoire de Yahya Jammeh à l’élection présidentielle (4ème mandat)

26 février 2007 : Adhésion à l’Organisation de la Conférence islamique (OCI)

22 septembre 2006 : Victoire de Yahya Jammeh à l’élection présidentielle (3ème mandat)

21-22 mars 2006 : Arrestation de militaires préparant un coup d’Etat

17 décembre 2004 : Assassinat du journaliste Deida Hydara

13 février 2004 : Découverte de gisements de pétrole au large de la Gambie

18 octobre 2001 : Réélection de Yahya Jammeh

10 avril 2000 : Manifestations d’élèves de l’enseignement secondaire violemment réprimées à Banjul

26 septembre 1996 : Victoire de Yahya Jammeh à l’élection présidentielle

8 août 1996 Adoption par référendum d’une nouvelle Constitution

22 juillet 1994 :Le président Dawda Jawara est renversé par un coup d’Etat mené par le lieutenant Yahya Jammeh.

23-24 février 1992 : Visite du pape Jean-Paul II

30 septembre 1989 : Dissolution de la Confédération de la Sénégambie

11 mars 1987 : Victoire de Dawda Jawara à l’élection présidentielle (4ème mandat)

4 mai 1982 : Victoire de Dawda Jawara à l’élection présidentielle (3ème mandat)

1 février 1982 : Création de la Confédération de la Sénégambie avec le Sénégal

30 juillet 1977 – 6 août 1981 : Tentative de coup d’Etat menée par Kukli Samba Sanyang)

4-5 avril 1977 : Réélection de Dawda Jawara

25 avril 1973 : La capitale Bathurst est rebaptisée Banjul.

1 juillet 1971 : Création d’une nouvelle monnaie, le dalasi

24 avril 1970 : La Gambie devient une république à l’issue d’un référendum. Dawda Jawara est élu président.

18 février 1965Proclamation de l’indépendance. Dawda Jawara est nommé Premier ministre.

Sources : Wikipédia.org, Jeune Afrique.com

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :