BURKINA : MASSIVE « MARCHE CONTRE L’IMPUNITÉ »

Des milliers de personnes ont marché samedi à Ouagadougou à l’appel des organisations de la société civile pour dénoncer l’impunité et la lenteur des procédures contre des dignitaires civils et militaires du régime déchu.

Des dizaines d’organisations, dont la Coordination des comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) et le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP), se sont rassemblées samedi 4 novembre à La place de la Nation avant de se diriger vers l’Assemblée nationale pour réclamer « vérité et justice pour les martyrs » de l’insurrection populaire du 31 octobre 2014 ayant mis fin au régime de Blaise Compaoré.

Le MBDHP estime que les procédures contre des dignitaires civils et militaires du régime déchu «ne semblent pas avoir beaucoup avancé». Cette organisation dirigée par  Chrysogome Zougmoré déplore « la lenteur » constatée dans le traitement des dossiers de crimes économiques et de sang. Il estime que l’insurrection du 31 octobre offrait une opportunité historique pour élucider « les crimes de sang et les crimes économiques commis sous la IV République ».

Les manifestants ont adopté à l’unanimité une plateforme d’action minimale de cinq points. Ils demandent la vérité et la justice pour les martyrs de l’insurrection populaire, de la résistance au putsch de septembre 2015 et l’indemnisation des familles des victimes ; la prise en charge effective et totale des blessés ; la vérité et la justice sur tous les dossiers de crimes de sang impunis ; l’identification et la saisie des biens et fonds détournés par les dignitaires du régime de Blaise Compaoré et la prise sans délai de mesures pour recouvrer les fonds expatriés et enfin l’ouverture de procédures judiciaires sur tous les cas de crimes économiques ou malversations révélées.

 A. DIEDHIOU

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :