UN MORATOIRE SUR LA PEINE DE MORT EN GAMBIE

Le président Adama Barrow a annoncé dimanche un moratoire sur la peine de mort dans un discours marquant le 53e anniversaire de l’indépendance de la Gambie. L’exécution en 2012 de neuf détenus par le régime de son prédécesseur Yahya Jammeh avait entrainé une vague d’indignation à travers le monde.

La Gambie a célébré dimanche le 53e anniversaire de son indépendance. Le président Adama Barrow, élu en décembre 2016, a « profité de l’occasion pour proclamer un moratoire sur l’application de la peine capitale en Gambie, première étape vers son abolition ».

En août 2012, le régime de l’ex-président Yahya Jammeh a fait exécuter neuf détenus parmi lesquels figurent trois ex-militaires accusés de trahison, ainsi qu’une femme d’origine sénégalaise. Selon un communiqué diffusé par le ministère gambien de l’Intérieur, ces condamnés à mort avaient épuisé tous les moyens légaux de recours devant les tribunaux.

L’ONG Amnesty International avait dénoncé une énorme régression et exhorté les autorités gambiennes à mettre fin immédiatement à toutes les autres exécutions. Le Sénégal, la Mauritanie et la Côte d’Ivoire ont tenté de faire renoncer l’ex-président en implorant sa clémence.

L’ex-président Jammeh, en exil en Guinée Equatoriale depuis le 21 janvier 2017, avait menacé de faire exécuter tous les condamnés à mort. Plus tard en septembre 2012, il a annoncé un moratoire après l’exécution des neuf détenus.

A DIEDHIOU

 

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :