SONATEL DANS LA TRANSFORMATION NUMERIQUE

Pour lancer « Let’s meet up », son nouveau concept pour une coalition autour de la transformation numérique, le staff de Sonatel a mis les petits plats dans les grands. Marquant la célébration des trois lauréates de la 3ème édition des « Linguère digital Challenge », la première de cette innovation s’est déroulé en présence du ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance Angélique Manga, et du pôle communication de la présidence de la République représenté par les conseillers spéciaux Hamidou Kassé et Ousmane Thiongane, aux côtés des acteurs de l’écosystème numérique appelés à se retrouver au moins deux à trois fois l’an sur la nouvelle plateforme d’échange.

L’événement de ce 29 mars 2018 s’inscrit en droite ligne de l’engagement du Directeur général Alioune Ndiaye qui expliquait : « Entreprise citoyenne, Sonatel œuvre continuellement dans le renforcement de l’entreprenariat dans le domaine des TIC par la promotion de l’innovation sociale en faveur du développement, grâce aux TICs. » Cette première édition du Meet up a été ouverte par le Directeur général Adjoint Thiery Marigny et le Directeur de la communication institutionnelle et des relations extérieures Abdou Karim Mbengue, en compagnie de leurs collègues Doumbé Bâ Soumaré et Rokheya Solange Ndir, maîtresses d’œuvre du Meet Up. Lesquelles ont salué l’approche genre de l’entreprise citoyenne, faisant écho au ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance, Angélique Manga marraine de la 3ème édition du Linguère Digital Challenge, à côté de son ambassadrice, la diva Coumba Gawlo Seck. La stratégie RSE de l’opérateur leader qui a pris l’option du concept citoyen pour le développement durable depuis 2009, ambitionne ainsi de constituer une coalition des acteurs, dédiée au credo  qui n’a jamais sonné plus vrai qu’en ce jour : «  Sonatel, avec vous, pour vous ! »

CIBLES JEUNES ET FEMMES

Les partenaires étaient au premier rang, notamment l’Etat, à travers le pôle communication de la présidence de la République et le ministère de la Communication, des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Orange Digital Venture (ODV), l’Ambassade de France, ainsi que des startups accompagnées par Sonatel, des Incubateurs, des grandes entreprises comme Gaïndé, Optic, etc. Pour le conseiller spécial du président de la République en charge du pôle de communication, Hamidou Kassé « le numérique, ce n’est plus une question de choix, mais un impératif ». Aux côtés de son collègue le conseiller Ousmane Thiongane, en charge de la cellule numérique, l’ancien journaliste a souligné que le développement de cet espace impose désormais des contraintes multiformes à tous les secteurs, en raison de la dimension économique, mais aussi socio-politique du numérique. Avant de se féliciter de l’organisation par le gouvernement du 1er Forum du numérique et d’annoncer la création par le Président Macky Sall de deux prix dotés de 20 millions et 10 millions de FCFA, pour les jeunes créateurs de startups. Complétant le fonds de 30 milliards FCFA dégagé pour la Délégation à l’entreprenariat (DER) rapide des jeunes et des femmes. Alors que selon des études disponibles, sur 500 milliards générés par les startups en Afrique, le Sénégal ne compte que pour 4%. C’est dire la marge de développement de ce potentiel.

L’EXCELLENCE, LA CREATIVITE, LE TALENT 

Représentant de Gaïndé, M. Diagne n’a toutefois pas manqué de solliciter l’Etat pour la protection des emplois créés, devant la rapidité d’évolution de l’écosystème numérique. Selon lui, il y a là d’excellentes opportunités, mais également des menaces. « On protège son économie d’abord ; on libéralise ensuite », a-t-il estimé. En lançant aussi aux acteurs  « qu’il faut performer, sinon d’autres viendront le faire ».

Quant au ministre de l’Economie solidaire, elle a salué « une fête de l’excellence, de la créativité et du talent ». Angélique Manga qui s’est aussi félicitée de l’approche genre mise en avant par l’entreprise, a fortement souligné cet apport de Sonatel à un axe majeur du PSE, à savoir le concept « Sénégal numérique 2025 », devant contribuer à la modernisation de l’économie par les TICs, pour un Sénégal émergent à l’horizon 2035. Elle a dit toute la disponibilité de son département à les accompagner « dans la formation, le financement et l’encadrement ». Car, a-t-elle conclut, « c’est un pari sur l’avenir ». Ainsi que le démontre la concrétisation des idées des trois lauréates de l’édition 2017 du « Linguère Digital Challenge »qui ont reçu leurs prix en apothéose de l’événement.

A travers toutes ses actions centrées sur les TICs, Sonatel ambitionne de « contribuer à l’émergence de championnes du numérique à l’échelle africaine, voire mondiale ». Dans le cas d’espèce, il s’agit d’accompagner le Plan Sénégal émergent, notamment son programme Sénégal Numérique 2025 qui vise « le numérique pour tous et pour tous les usages en 2025 ». En mettant en place un écosystème performant, et à la disposition des créateurs-entrepreneurs, jeunes et femmes, « des plateformes d’échanges, l’accès à ses réseaux et services, la création de mécanismes d’accélération ou d’incubation spécifiques ainsi que des supports pour le financement et la gestion. »

 

 

Linguère Digital Challenge

TROIS REINES EN LIGNE

Les Prix du « Linguère Digital Challenge » visent à récompenser les trois meilleures entreprises sénégalaises dirigées par des femmes et utilisant les nouvelles technologies dans leurs activités. Initié en 2015 avec 20 demandes au départ, le concours qui s’est tenue du 31 octobre au 31 décembre 2017 a enregistré, dès cette 3ème édition, la participation de 103 start-ups candidates. Une fierté pour son ambassadrice, la chanteuse Coumba Gawlo Seck. Au bout du compte, le jury (Ministère de la communication, Sonatel, Kinaya Lab et Orange Digital Venture), a retenu dans l’ordre ces trois gagnantes :

  • AWALEBIZ, plateforme de e-commerce : Premier Prix de 7 millions 500 000 FCFA et un accompagnement technique d’une valeur de 2 500 000 FCFA ;

  • LES GOURMETS,   plateforme agro-alimentaire en ligne : 2 millions 500 000 FCFA en nature et un accompagnement d’une valeur de 2 500 000 FCFA ;

 

  • DAKARLIVES, plateforme créative et hub culturel : 1 million 500 000 FCFA et un accompagnement technique d’une valeur de 2 500 000 FCFA.

 

 

 

 

LE DISPOSITIF SONATEL

Sonatel souhaite mettre le numérique au service du développement économique et social et contribuer à en faire le pivot de l’émergence du Sénégal, dans le sillage du PSE, via le projet Sénégal Numérique 2025. C’est ainsi que l’entreprise a accompagné plusieurs startups comme Mlouma, Jokko santé, Sooretul, Yaay, Bayseedo, Télé Ecole, OuiCarry, Comparez.sn, TallyBi, etc.

Le dispositif dédié à appuyer la transformation numérique du Sénégal repose sur plusieurs réalisations :

INCUBATEURS : Sonatel est membre fondateur de l’incubateur TIC qu’est le CTIC qui, à date, a formé 3 200 jeunes à l’entrepreneuriat, accompagné 98 startups dont 42 en incubation et créé 322 emplois;

FORMATION : première école de codage gratuite au Sénégal, Sonatel Academy permet aujourd’hui de former une première cohorte de 50 jeunes, avec l’ambition est d’augmenter les effectifs et élargir le programme à la formation en ligne;

PRISE DE PARTICIPATION : Participation à Téranga Capital. Sonatel a injecté 900 millions de francs CFA. Des startups ont déjà reçu des financements, notamment OuiCarry qui a reçu 200 millions en mars 2017;

FONDS D’INVESTISSEMENTS : Lancement en septembre 2017 du fonds d’investissements Orange Digital Venture doté d’un fonds de près de 50 millions d’euros ;

ENFANTS : Déploiement de Better Internet For Kids dont l’objectif est d’accompagner les parents et les enfants pour un meilleur usage d’internet ;

FEMMES : Stratégie Mwoman, destinée à faire du numérique un outil d’autonomisation pour les femmes ;

EMPLOIS : Lancement en 2017 du concept de Maison digitale pour une insertion professionnelles des jeunes à travers le digital ;

INSTITUTIONNEL : Signature en février 2014 d’une convention de partenariat entre Sonatel et le ministère de l’Education Nationale pour une enveloppe de 10 milliards, destinée à la mise en place de l’internet gratuit dans les établissements d’enseignement public des cycles primaire, moyen et secondaire. 1145 écoles sont connectées à cette date.

(Fara SAMBE)

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :