TUERIE DE BOFA : LE SÉNÉGAL SUSPEND LA COUPE DE BOIS

Le président Sénégalais a ordonné la suspension, jusqu’à nouvel ordre, de toutes les autorisations de coupe de bois en Casamance. La décision a été annoncée lors du conseil des ministres du mercredi 17 janvier dont l’un des principaux sujets était l’assassinat de quatorze jeunes qui étaient allés chercher du bois à Bofa, dans la région de Ziguinchor.

Au cours du conseil des ministres, le président Macky Sall a ordonné que toute la lumière soit faite sur « l’attaque criminelle perpétrée par des bandits armés, le samedi 06 janvier 2018, dans l’arrondissement de Niaguis, Région de Ziguinchor lors du conseil des ministres » selon le communiqué.

Il a demandé au gouvernement de diligenter dans les meilleurs délais toutes les enquêtes nécessaires en vue de mettre la main sur les auteurs directs de cet acte et leurs complices. Ces personnes seront recherchées, arrêtées, jugées et punies par la loi à la hauteur de leurs forfaits odieux, poursuit le texte.

Par ailleurs, le président de la République a demandé au gouvernement, « de suspendre jusqu’à nouvel ordre, toutes les autorisations de coupe de bois et de procéder sans délai à la révision du Code forestier ».

Dans le cadre de l’enquête ouverte après le massacre, seize personnes ont été placées sous mandat de dépôt vendredi 19 janvier, par le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Ziguinchor (sud), qui a dans le même temps libéré six autres personnes contre lesquelles la gendarmerie n’a retenu aucune charge, selon l’agence de presse sénégalaise, APS.

Placées sous mandat de dépôt au terme de plusieurs heures d’audition, les seize personnes sont poursuivies pour quatre chefs d’inculpation : « Association de malfaiteurs, assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel et détention d’armes à feu sans autorisation ».

Outre les 14 personnes tuées, 13 autres ont été blessées lors de cette attaque après laquelle l’armée a lancé une opération de ratissage pour en retrouver les auteurs.

La Casamance, région du sud du Sénégal enclavée entre la Gambie et la Guinée-Bissau, porte toujours les stigmates des affrontements entre les forces rebelles indépendantistes du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) et les forces gouvernementales. Des centaines de personnes sont mortes durant ce conflit qui a débuté en 1982.

A DIEDHIOU

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :